On s’arrête souvent sur les différences entre métiers. Et c’est bien normal : ce sont souvent elles que l’on met en avant afin de choisir le métier de ses rêves, celui dans lequel on sera le plus doué, celui dont vous n’aurez pas marre à la fin de la première journée, celui dont l’apprentissage va vous intéresser.

Cela ne fait pas de doute : à chaque métier correspond un ensemble de qualités nécessaires, un panel de connaissances, une vision.

Vous êtes coiffeur(se) barbier(e) parce que vous avez décidé que le métier correspondait à vos envies, à un style de vie qui vous paraissait enviable et parce que vous vous en sentiez capable. Et vous avez réussi.

Félicitations !

Il vous arrive encore de penser que vous n’avez pas l’expérience suffisante pour ouvrir votre salon. Et votre supérieur ou votre employeur vous apprend encore certaines choses. Vos parents vous le répètent, certains de vos collègues aussi… Et cela ne servirait à rien de tout nier en bloc. Il vous reste peut-être encore à approfondir certains sujets, certaines techniques… De nombreux centres de formation existent – nous proposons des formations aussi !

Dans cet article, nous n’allons pas nous attarder sur les pré-requis spécifiques au métier de barbier. Au contraire. Nous allons plutôt nous pencher sur les points communs entre les métiers de service. Et en particulier sur ceux qui font le succès d’un artisan. 

Pourquoi faut-il réserver plusieurs jours à l’avance chez certains barbiers alors que d’autres s’endorment dans leur salon ? Comment faire pour que vos clients conseillent à leurs amis vos services comme ils échangent les meilleures adresses, les meilleurs plans ? Comment réussir à ce que votre salon soit mentionné dans un magazine à la mode ou dans le journal de votre région, soit bien référencé sur google, connu dans votre quartier ?…

Nous allons survoler les points essentiels qui feront de votre aventure une réussite. Pour chaque point, un lien est ajouté pour approfondir le sujet.

Ouvrir un Salon – les pré-requis

Vous le savez certainement : le Brevet Professionnel est nécessaire pour ouvrir un salon. En tout cas, c’est ce qui se dit. Il existe en réalité des moyens d’ouvrir son salon sans être soi-même titulaire d’un brevet professionnel. Pour savoir lesquels et les autres diplômes ou formations il vous faudra passer, lisez notre article sur le sujet !

Créer et gérer une société – en pratique

Pour ouvrir votre salon, vous allez devoir passer par quelques étapes inévitables : donner un nom à votre société, décider de sa désignation légale (SAS, SASU, SARL,…?), en écrire les statuts, l’enregistrer au greffe, passer des heures à la banque – ouvrir un compte, demander un emprunt – répondre aux questions de votre banquier, peut-être lui préparer un business plan, demander de l’aide à un avocat, trouver un comptable, choisir vos fournisseurs… Puis au fur et à mesure de vos progrès, approfondir vos connaissances et votre savoir-faire à différents niveaux : gérer vos employés, votre trésorerie, le mécontentement de certains clients, le bonheur et l’enthousiasme des autres, vos dépenses et vos revenus.

Un conseil : accrochez-vous et soyez patients. Les activités énumérées ci-dessus prennent du temps et sont sans aucun doute la première cause du stress dont parlent tant les entrepreneurs. Cela vous paraîtra évident, exagéré ou surprenant : le temps passé à des tâches administratives est énorme et croitra à mesure que votre affaire se développera. Nous avons donné un nom à ce dossier : Costard-Cravate.

Bien se préparer pour gérer la partie administrative sera clé pour la réussite de votre aventure. Direction notre article sur le sujet !

Ouvrir un commerce – le local, les travaux, le temps

Evidemment le lieu où vous allez ouvrir votre salon est essentiel. Mais il y a encore de nombreux autres éléments à prendre en compte : le loyer de votre local, le pas de porte, avec ou sans agence immobilière (et comment éviter cette charge), l’espace, la rue, le quartier, les maîtres d’oeuvre pour les travaux, le temps que ces travaux vont prendre, le meilleur moment de l’année pour ouvrir, les fournisseurs pour votre mobilier et pour vos outils… Il n’est pas nécessaire d’avoir l’expérience (sinon, personne ne se lancerait !) mais il est essentiel de savoir où l’on met les pieds. Et pour cela, l’expérience des autres peut servir ! Ainsi que du temps pour y penser. Et bien sûr, notre article sur le sujet !

Votre style, vos passions et votre salon

Vous êtes philatéliste et vous rêvez d’un concept ultra novateur qui allierait vos deux passions ? Un espace dédié à la barbe et aux timbres… Votre idée pourrait marcher – mais c’est loin d’être évident. L’exemple peut vous paraître surprenant – et un poil exagéré – mais penser que ses passions sont largement partagées est une erreur commune. Et s’il est possible que ce soit le cas, il sera capital de réfléchir longuement afin de trouver l’environnement propice au succès de votre nouveau concept. Et même si vous voulez ouvrir un simple barbershop, sachez que vos clients seront d’abord vos voisins. Il est donc essentiel de faire en sorte que ces derniers se retrouvent un tant soit peu dans le style de votre salon, et même dans votre style à vous ! Vous n’allez pas changer pour vos clients – et ils ne changeront pas non plus pour vous. Quelques éléments pour vous aider ici.

Être commerçant au 21e siècle – Prise de rendez-vous, logiciels de caisse

Réservation en ligne, logiciel de caisse, suivi des stocks, statistiques sur les heures de pointes, les meilleurs jours, Création de fichier clients… Le métier de commerçant peut être profondément facilité et optimisé à l’aide de logiciels. Et il en existe des centaines pour une même fonction. Nous avons fait une petite étude comparative de ce dont vous allez avoir besoin, des différentes solutions et de ce que cela va vous coûter. Ici

Être commerçant au 21e siècle – Référencement, communication

La façon dont vos potentiels clients vous trouveront (ou pas) a aussi bien changé. Référencement naturel, référencement payant, marketing digital sont des sujets que vous ne pouvez pas vraiment ignorer. Vous pouvez vous y intéresser et les gérer vous mêmes ou alors vous tourner vers des prestataires. Et s’il est nécessaire d’avoir une présence digitale, il vous faudra aussi être présent sur le terrain. Vous trouverez une liste exhaustive des choses à savoir dans cet article.

Être à l’écoute – vos clients, la concurrence, la technologie

Certaines choses sont évidentes (mais il ne fera de mal à personne de les répéter) : combler les attentes de ses clients, penser à leur confort, être ponctuel, écouter leur remarques et les prendre en compte. D’autres le sont moins : s’intéresser à ce qui se passe dans votre quartier/ville, suivre les modes en ce qui concerne les produits et les styles, opérer une sorte de veille technologique pour faciliter la vie de vos clients, pour élargir votre audience… Quelques outils vous aideront ! Les voilà

 

Nos articles vous sont utiles – vous pensez que nous pourrions vous aider ? Nous proposons des solutions sur mesures : Formations, Ouverture en Franchise, Conseils administratifs et généraux (création de votre BP, financement, accompagnement pour trouver votre local…) – Contactez nous : lesmaitres@les-maitres-barbiers-perruquiers.fr

 

 

This site is using SEO Baclinks plugin created by Locco.Ro